Açaï : le trésor des indiens d'Amazonie

L'açaï : Un super fruit prodigieux ! Vous le verrez partout : vous penserez que le carioca mange une glace au chocolat noir !
Par, Elsa Hubert
21/12/2016

1 Étoiles2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles
(Aucun avis pour le moment)

Loading...

Descriptions


L’açaï : Un super fruit prodigieux !

Açaï.
Vous le verrez partout : vous penserez que le carioca mange une glace au chocolat noir ! Non !!! il s’agit de l’açaï (« le fruit qui pleure », en tupi et se prononçant « assahi »).

 

Présentation

Ce fruit, se présente sous forme de petite perle ronde très dure. Il est issu du palmier Açai (appelé Pinot en Guyane), et pousse dans les Etats du nord du Brésil (Pará, Amapá, Maranhão, Amazonie).

 

 

Comment il se consomme ?

Il est transformé en poudre, il est possible de le consommer en jus (suco de açaï), en sorbet (açaï na tigela), ou bien en gélules ou boissons énergisantes. Poussant à plus de 20 mètres de haut, l’açaï est ramassé à l’aide d’un drap tordu attaché aux pieds et cueilli à la paume de la main.

Il se conserve peu de temps, ce qui rend quasi impossible l’exportation du fruit frais (seulement en gélule).

Vous le trouverez dans les restaurants, les lanchonettes (restaurationd’appoint) et pharmacies, boutiques de produits bio, et même à la plage. On peut aussi en trouver en pulpe glacée, si on veut s’en faire un jus à la maison (souvent bien moins sucré que ce qu’on pourra prendre dans la rue).

Il peut se consommer avec banane, fraises, miel, sucre, guarana, granola, tapioca, et mêmes avec des glaçages chocolat fraises, au cas où ça ne serait pas suffisant ;)!

 

 

Pourquoi cette réputation ?

Il a notamment 5 bienfaits, ce qui fait qu’il est particulièrement prônés des sportifs : aide à la récupération musculaire, puissant antioxydants pour l’organisme, apport d’énergie, source de « bon » gras, et renfort du système immunitaire (ainsi qu’un bonus…)

 

Les tribus d’Amazonie l’utilisent depuis des siècles à des fins médicinales, pour renforcer le système immunitaire, combattre les infections, prévenir les insuffisances cardiaques… et accroître la libido !

 

Si l’açaï a une grande renommée, c’est surtout grâce à sa haute valeur nutritive, qui lui vaut souvent d’être qualifié de « superfruit « . Il possède en effet deux fois plus de lipides que le lait et contient également des vitamines B1, B2, B3, C et E, cette dernière étant un puissant antioxydant, qui aide à l’élimination des radicaux libres. Il a beaucoup de fibres, qui favorisent le transit intestinal, et de protéines, essentielles au renforcement musculaire. Le calcium et le potassium qu’il renferme renforcent les os et préviennent les crampes. En outre, l’açaï est une riche source de fer, qui aide à l’oxygénation des cellules et à prévenir l’anémie.

 

L’un des nutriments les plus importants de l’açaï est l’anthocyanine (qui donne la couleur au fruit), un antioxydant qui lutte contre le cholestérol. Celui-ci assure une meilleure circulation sanguine et protège des radicaux libres et de l’athérosclérose. Il faut savoir que si l’on recommande un verre de vin rouge par jour, l’açaï possède 30 fois plus d’anthocyanine que le raisin ! L’université de Floride a même démontré que cette baie pourrait aider à éliminer les cellules cancéreuses (en particulier dans les cas de leucémie).

 

 

Composition 

Pour 100 grammes d’açaï : • Calories: 247kcal

• Protéines: 3,8 g
• Lipides: 12,2 g
• Fibres: 16.90 g
• Calcium: 118mg
• Fer: 11mg
• Phosphore: 0,5 mg
• Vitamine B1: 11,80
• Vitamine B2: 0,36
• Vitamine C: 0,01

 

Alors pourquoi se priver ? Des points négatifs ?

Bien qu’il lutte contre le cholestérol, l’açaï est calorique ! Et il l’est encore plus lorsque la préparation inclut d’autres aliments caloriques. La moitié de la composition de la pulpe sont des acides gras polyinsaturés, qui sont à la fois bons pour le coeur… mais aussi très gras.

L’autre point noir de l’açaï est de type éthique : ces dernières années, avec l’accroissement considérable de la demande, le prix de l’açaï a grimpé de 500%. Cette inflation a rendu la baie inaccessible aux tribus autochtones qui le consommaient pourtant depuis l’époque pré-colombienne.

 

http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/antioxydant/articles/15872-baie-d-acai.htm