"Festa Junina", qu'est ce que c'est ?

Par, Elsa Hubert
24/06/2017

1 Étoiles2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles
(Aucun avis pour le moment)

Loading...

Descriptions


Dates de la festa junina

 

Traditionnellement, les « festa junina » (Fête de juin) commencent le 12 Juin, jour de la Saint-Antoine (Santo Antonio) et finissent le 29 Juin, jour de la Saint Pierre (São Pedro); le 23 et 24 est célébré le jour de la Saint Jean (São João). Ce sont les trois saints populaires de Juin.

 

 

Origine de la Festa Junina

 

L’origine des Fêtes serait païenne : avant le Moyen Age les célébrations annonçaient le solstice d’été et d’hiver et honorait les dieux de la nature et de la fécondité.
L’église finit par adhérer aux fêtes lui attribuant un caractère religieux, pour ne pas perdre sa popularité.

 

 

Il y aurait deux explications à l’origine du terme « Festa junina ». Au Portugal, en raison de la coïncidence des dates, on commence à fêter les trois saints catholiques: Saint-Jean, Saint Pierre et Saint-Antoine qui ont lieu en juin (junho). 

Une autre explication viendrait du fait que les pays catholiques de l’Europe fête la Saint-Jean (Sao Joao), qui donne son nom aux fêtes Joanina (johanniques).

 

Cette fête apportée au Brésil par les Portugais, avait une forte influence d’éléments culturels portugais, mais aussi chinois, espagnol et français. De France vient cette danse marquée, caractéristique typique des danses nobles et, qui au Brésil, influencent les « quadrilhas » (sorte de rondes). La tradition de feux d’artifice vient de Chine (la région qui crée la poudre pour la fabrication de feux d’artifice), et la péninsule ibérique serait représentée par les bandes de rubans, très fréquents au Portugal et en Espagne.
 
Au fil du temps, tout ceci s’est mélangé avec les différents aspects culturels du Brésil (des indiens, des immigrants afro-brésiliens et européens) dans les différentes régions du pays, en prenant des caractéristiques particulières dans chacun d’eux.

 

Dans le Sudeste sont organisées des kermesses par les syndicats, les églises ou autres entités.  

On dit souvent que cette fête est nordestine. Elle a en effet une importance particulière dans le Nordeste , et à cette époque il y a souvent des évènements majeurs dans cette région. Il y a des concours de quadrilhas et la danse du bœuf caractère folklorique brésilien Bumbá, et des chants et défilés de rue pour récupérer des gourmandises. On en profitera notamment pour remercier les pluies rares dans la région, qui servent à maintenir l’agriculture, fondamentale à la région.

 

Les éléments de la fête

 

Le Bûcher

D’origine païenne, il symbolise la protection contre les mauvais esprits.

La tradition a été maintenue par les catholiques. Selon leur tradition, le bûcher est indispensable, parce qu’il fût donné l’ordre donné par Elizabeth (la mère de Jean) d’en ériger un à la naissance à son fils le 24 Juin. Le feu était une manière de communiquer la naissance à Marie (mère de Jésus, six mois plus tard), qui était dans la vallée. Le bûcher prend alors des formes différentes selon le saint mis à l’honneur : le carré pour Saint-Antoine, le rond pour Saint-Jean et le triangulaire pour saint Pierre.

 

  

 

Les « Quadrilhas »

Cette danse de salon trouve son origine dans les traditions françaises, et est caractérisée par des tenues « caipira » (de la ferme) : les demoiselles ont des robes en chiffons simples alors que les messieurs ont des chemises à carreaux, des pantalons rapiécés et un chapeau de paille. La ronde se fait sur du « forró » (musique un peu similaire au bal musette). Au milieu de la danse apparaissent des faux obstacles imaginés par un narrateur, comme des serpents, des ponts brisés et des feux de joie.

Une chorégraphie est faite en l’honneur de saint Antoine, le protecteur des mariages. Le 13 Juin les églises distribuent « le petit pain Saint-Antoine », qui selon la légende doit être consommé par les femmes qui cherchent un mari.

 

 

 

 Petit lexique de survie pour participer à la ronde 

 

o caminho da festa (le chemin de la fête) : les paires suivent derrière les fiancés, initiant la danse

o tunel : les fiancés lèvent les bras et de mains jointes font un tunnel où tout le monde passe

olha a chuva (regarde la pluie) : les couples font demi tour pour que personne ne finisse mouillé

olha a cobra (regarde le serpent) : les dames crient et sautent dans les bras des cavaliers

caracol (escargot) : de mains jointes, tous font un parcours en spirale

a grande roda (la grande ronde) : tous, mains jointes font un cercle

coroa de rosas (couronne de roses) : les chevaliers de mains jointes passent les bras au dessus de la tête des dames, comme s’ils les couronnaient

baile geral (bal général) : les couples dansent au milieu de la ronde. Le bal se termine

despedida (l’au revoir) : tous se retirent du centre du salon, derrière les fiancés

 

Les ballons

Ils sont traditionnels et le lâcher de ballons indique le début des célébrations. Il y a aussi des bandes de rubans aussi joyeuses que les ballons. 

 

  

 

Jeux et blagues 

Les jeux sont indispensables pour profiter de la fête. Personne ne sait avec certitude l’origine de chacun d’eux, mais ce que tout le monde sait c’est que nous retourneront en enfance.

 

    

 

Vous voulez tout savoir sur ce qu’on mange pendant ces fêtes, c’est ici http://www.tourismerio.com/festa-junina-quest-ce-quon-mange/

Un petit indice en attendant !

Image may contain: plant

 

Et pour clore,

c’est en musique, préparez-vous pour les rondes, avec cette musique du roi du forró, Luiz Gonzaga !

 

 

Petite playlist souvenir : 
Isso aqui tá bom demais (Dominguinhos)
Olha pro céu (Luiz Gonzaga)
Asa branca (Luiz Gonzaga)
Xote da alegria (Falamansa)
Nosso xote (Bicho de pé)
Pula a fogueira (Caçulinha)
Xote das meninas (Luiz Gonzaga)
Eu só quero um xodó (Dominguinhos)
Xote dos milagres (Falamansa)
Colo de menina (Rastapé)
Oh Chuva (Falamansa)
Xote swingado (Rastapé)
Baião (Luiz Gonzaga)
O sanfoneiro só tocava isso (Tonico e Tinoco)